Gros plan sur le Petit rhinolophe

Le Petit rhinolophe est le plus petit de tous les rhinolophes européens. Son nom est lié à la structure étrange de son nez, qui n'est pas sans rappeler les gargouilles des églises médiévales !
1

Cette espèce est caractéristique des espaces mosaïqués, avec du bois et de la forêt, des parcs, des jardins, des champs cultivés et des prairies, mais aussi de l'eau en abondance. On la trouve en plaine et au pied des zones de montagne, jusqu'à 2000 m d’altitude. Le Petit rhinolophe (Rhinolophus hipposideros, photo @Rachel Rumo) a besoin d'une grande diversité de milieux naturels et de structures sur de petites superficies.

Les gîtes de reproduction sont proches des territoires de chasse. Ils se trouvent dans les greniers, dans les églises, parfois sous les ponts. En hiver, le petit rhinolophe se pend aux plafonds de grottes ou mines qui ont une température constante entre 7 et 10°C : il ressemble alors à une vieille poire desséchée !

Grâce à son vol habile et rapide, le Petit rhinolophe peut chasser à faible hauteur, au milieu d'un feuillage très dense ou en zigzaguant entre des tiges de grandes gentianes jaunes. Il cherche tout particulièrement les diptères (mouches) et les papillons, mais aussi les neuroptères et les trichoptères, liés aux milieux humides. Comme l'oreillard roux, le petit rhinolophe a un sonar de faible portée. Cette chauve-souris est donc tributaire des haies et cordons boisés pour se déplacer de son gîte de reproduction à ses terrains de chasses forestiers.

L’espèce était favorisée lorsque l’on aménageait le paysage de manière jardinée et douce. L'abandon des pratiques rurales traditionnelles, dès les années 1960, explique son déclin quasi-irrémédiable dans de nombreuses régions, dont la nôtre. Aujourd’hui, le Petit rhinolophe tente un timide retour depuis la Franche-Comté. Des actions concertées, avec des mesures appropriées, pourraient lui permettre de se réinstaller durablement dans notre région.

Retour à l’aperçu
%general.share%

Partenaires

by moxi