Eclatant est le caloptéryx

La beauté du caloptéryx éclatant (Calopteryx splendens, photo Alain Saunier) est remarquable : un corps bleu métallique, quatre grandes ailes diaphanes colorées par une tache bleu foncé et un vol digne des meilleurs ballets.

Un nom digne d’un acolyte d’Astérix et Obélix, le caloptéryx préfère la voltige dans les airs. Du grec, « kalos » qui veut dire beau et « ptéryx », ailes.
Le calopteryx est une espèce caractéristique des rivières dont le lit est naturel, avec un courant plutôt calme. Il aime les berges à la végétation riche et bien qu’il ne soit pas rare dans l’arc jurassien, sa présence pourrait être plus vaste.

Afin d’augmenter la surface constructible (maisons, industries, routes) et de permettre l’exploitation agricole jusqu’au bord des rivières, les cours d’eaux ont été très fortement aménagés au fil des 150 dernières années. Dans les zones de basse altitude en Suisse (moins de 600m.), environ 20% des cours d’eau ont été « transformés » en tuyaux et mis sous terre tandis que 40% ont été fortement artificialisés (endigués, canalisés).

Les rivières artificialisées posent divers problèmes...

  • Elles sont pauvres en biodiversité. Dans un cours d’eau trop calme, sans méandre ni variations de vitesse de courants, peu de milieux naturels se développent donc peu d’espèces y élisent domicile. Les cours d’eau endigués n’ont pas l’espace nécessaire pour déposer les sables et graviers et constituent pourtant l’habitat nécessaire à la reproduction de nombreuses espèces, notamment des poissons.
  • Elles ne jouent pas leur rôle de filtre naturel. Les ruisseaux et la végétation de leurs berges, quand elles sont naturelles, permettent de filtrer une partie importante des produits de synthèse et de fertilisation utilisés pour la production agricole.
  • Elles renforcent les inondations et l’érosion. En cas de forte pluie, les ruisseaux enterrés arrivent trop rapidement dans les rivières et peuvent renforcer les risques d’inondations. Les débits peuvent varier rapidement et creuser le lit de la rivière endiguée : au lieu de couler sur un tapis de graviers, le fond de nos rivières est comme cimenté.
     

… qui sont corrigés petit à petit !

Aujourd’hui, la situation des rivières tend vers une amélioration certaine car il est possible d’améliorer leurs fonctions écologiques tout en assurant la protection contre les crues.

Un vaste programme de revitalisation des cours d’eau va être mis en œuvre par les cantons et la confédération jusqu’en 2100. Ce plan permettra de redonner une allure un peu plus sauvage à 40% des cours d’eaux suisses. Par exemple des travaux importants de revitalisations ont déjà été menés le long de la Suze et d’autres sont prévus prochainement dans la commune de Sonceboz.

En parallèle, revitaliser les ruisseaux permettrait d’atteindre plus rapidement et entièrement les objectifs de ces programmes. Chaque habitant, propriétaire ou commune peut s’engager dans des démarches afin de renaturer les petites rivières.

Le calopteryx éclatant profitera de ces projets de revitalisation ; une plus grande continuité de son milieu naturel devrait d’ailleurs lui permettre d’augmenter ses populations. Durant les beaux mois d’été, nous serons sans doute de plus en plus nombreux à pouvoir observer le ballet aérien de cette jolie libellule !

Retour à l’aperçu
%general.share%

Partenaires

by moxi