Belles d'un jour

1

Comme pour nombre d’autres espèces liées aux sources, les besoins écologiques des larves des éphémères sont très précis: elles ont besoin d'eau froide à la température constante. Des conditions qui ne se retrouvent que sur quelques mètres à la sortie de la source.

Les éphémères ont presque toutes besoin d'eau de bonne à très bonne qualité. Ce sont donc des espèces bio-indicatrices. Leur nombre et leur diversité montrent combien le milieu aquatique concerné se porte bien.

Comme leur nom l'indique si bien, les éphémères ne vivent que quelques heures (parfois quelques jours selon les espèces) à leur forme adulte, que l’on appelle imago. Les adultes ne disposent que de ce laps de temps très court pour se reproduire. Les larves, elles, mettent parfois plusieurs années à se développer.

Les larves de la plupart des autres espèces d'éphémères se trouvent dans les fonds de rivières, les alluvions. Les belles soirées d'été, le spectacle des éphémères dansant au-dessus des cours d'eau, lors d’émergences massives, est réellement féérique, mais de plus en plus rare. Les pêcheurs imitent les éphémères car certains poissons les gobent ou sautent hors de l'eau pour attraper ces petits insectes. C'est le principe de la pêche à la mouche, très pratiquée sur le Doubs.

Les espèces du genre Baetis constituent une des composantes du plancton aérien. Comme toutes les éphémères, elles sont en voie de régression, probablement en raison de la pollution de l'eau et des sédiments, mais aussi en raison de la dégradation de l'environnement nocturne par la pollution lumineuse.

Cet imago de Baetis Alpinus photographié par le Neuchâtelois Sandro Marcacci (lire son interview) représente l’une des espèces parmi les nombreuses menacées de nos régions.

Retour à l’aperçu
%general.share%

Partenaires

by moxi