Milieux pionniers d'altitude

Les milieux pionniers d'altitude sont constitués d’éboulis rocheux sur lesquels une flore et une faune particulière apparaissent. Les plantes qui s’y installent sont adaptées pour vivre sur ces sols instables.
1

Les milieux pionniers d'altitude sont constitués d’éboulis rocheux sur lesquels une flore et une faune particulière apparaissent. Les plantes qui s’y installent sont adaptées pour vivre sur ces sols instables.

En regardant cette carte, on constate au premier coup d'œil que ces milieux sont rares. Ils sont principalement localisés dans les Gorges du Taubenloch, sur les Rochers d'Orvin, et, de-ci de-là dans les Côtes du Doubs. 

En montagne, de tels milieux sont aussi présents au sommet de Chasseral et de manière plus diffuse sur la chaîne du Mont d'Amin et de la Montagne du Droit.

Contrairement à d'autres milieux, le morcellement de l'aire de répartition des espèces liées aux zones d'éboulis, très visible sur cette carte, n'est pas dû aux activités humaines. En effet, les éboulis et zones pionnières sont rares de manière naturelle dans l'Arc jurassien. Les espèces qui occupent ces milieux peuvent survivre à la fragmentation de leurs populations. Ce sont souvent des endroits sauvages, parfois inaccessibles: il n'y a donc pas de raisons, à priori, de s'inquiéter pour leur sort.

Toutefois, ces éboulis accueillent certaines espèces typiques et très rares, présentes dans quelques stations seulement dans tout l'Arc jurassien ! L’une d'entre elles (l’ibéris à feuilles de lin) est d'ailleurs une endémique jurassienne : on ne la retrouve nulle part ailleurs que dans l'Arc jurassien.

Certaines de ces espèces devraient d’ailleurs faire l'objet d'une surveillance, car bien que leur milieu ne soit pas menacé, le moindre événement peut les faire disparaître. On citera à cet exemple le cas du Centranthe à feuilles étroites, autrefois présent dans plusieurs sites d'éboulis, notamment au Chasseral, qui n'y apparaît plus aujourd'hui.

Apparemment, les chamois adorent brouter cette plante, et il est très probable que cette espèce disparaisse rapidement de notre région à cause de ces caprinés si rien n'est rapidement entrepris pour inverser la tendance.

Les Parcs Chasseral et du Doubs sont fortement concernés par le maintien de cette espèce en danger d'extinction  en Suisse. Ils accueillent en effet quelques-unes des dernières stations de tout le pays.

Retour à l’aperçu
%general.share%

Partenaires

by moxi