Bas-marais acidophiles et haut-marais

Les hauts-marais constituent des paysages fantastiques et forment une mosaïque de milieux naturels abritant une grande variété d’espèces.
4

Les hauts-marais constituent des paysages fantastiques et forment une mosaïque de milieux naturels abritant une grande variété d’espèces. Ces tourbières, petits puits de carbone régionaux, fournissent également de nombreuses informations pour comprendre l’évolution du climat. Ces lieux, bien que protégés, nécessitent d’importantes mesures de restauration dont certaines sont en cours.

A l’origine des tourbières : la sphaigne. Une variété de mousse dont la lente décomposition forme, année après année, ce sol très spécial que l’on appelle la tourbe. En se décomposant, les sphaignes captent le CO2  de l’atmosphère et le stockent dans la tourbe. Pour que la formation de tourbe puisse se faire, les marais ont besoin d’eau. C’est pourquoi d’importantes revitalisations sont en cours dans les tourbières de la Gruère (Saignelégier – Tramelan) et des Pontins (Saint-Imier). Il s’agit d’un travail de longue haleine, car les anciens drainages doivent être rebouchés. C’est un investissement essentiel en faveur de la protection de la biodiversité et du climat.

Les hauts-marais recèlent de trésors. Ils abritent des espèces végétales qui ne vivent que dans ces milieux particuliers comme les sphaignes, le nacré de la canneberge, ainsi qu’une grande diversité de champignons. Saviez-vous que plus de 680 espèces ont été recensées dans la seule tourbière de Bellelay ?

Dans les Franches-Montagnes, les tourbières sont présentes en assez grande quantité et présentent la particularité, pour certaines, d’être reliées entre elles en raison de conditions géologiques favorables, notamment des fonds de vallons marneux. Si elles bénéficient du même statut de protection, elles n’abritent toutefois pas toutes la même biodiversité. Les hauts-marais de grande taille comme l’étang de la Gruère et la tourbière de la Chaux-des-Breuleux  hébergent une variété d’espèces caractéristiques plus importante que les petites tourbières situées proche du Noirmont ou au Nord de Saint-Imier.

Cette dernière, située dans le creux de Champ Meusel, n’apparaît presque pas sur cette carte car c’est une petite tourbière avec peu d’eau et entourée de milieux forestiers. Elle présente donc un cortège d’espèces caractéristiques beaucoup moins important que d’autres hauts-marais de la région.

Retour à l’aperçu
%general.share%

Partenaires

by moxi