Aidons-les à survivre en hiver

Adapter son comportement lors de nos sorties hivernales, c'est donner un coup de pouce à la faune sauvage. Astuces et recommandations.
1

Parcourir dans tous les sens les zones naturelles en hiver peut sérieusement nuire à la survie de certains animaux sauvages. En adaptant son comportement, on peut toutefois facilement réduire notre impact sur la faune et pratiquer les activités de plein air la conscience tranquille.

L’hiver est une période critique pour la faune de nos montagnes jurassiennes : la nourriture est plus difficile à trouver et plus pauvre en calories, alors que dans le même temps le froid et l’effort physique supplémentaire qu’implique les déplacements dans la neige induisent des fortes dépenses d’énergie. Les animaux survivent grâce à leurs réserves de graisse, mais celles-ci s’épuisent plus rapidement en cas de dérangements et d’efforts non nécessaires réguliers.

Certaines espèces sont particulièrement sensibles aux dérangements. La stratégie du lièvre pour survivre en hiver est de se tenir caché pour échapper aux prédateurs. S’il est dérangé dans son abri, il lui faut retrouver une autre cachette. Conséquence : une perte d’énergie non négligeable qui l’affaiblissent dans une courte-poursuite avec un renard !

Le cerf, récemment désigné animal de l’année par Pro Natura, et dont le retour est en train de s’amorcer dans nos régions, est lui aussi très sensible aux dérangements hivernaux. Durant l’hiver, les cerfs ralentissent leur métabolisme et se reposent profondément. En cas de dérangement, ces animaux doivent « relancer la machine » en moins d’une seconde, ce qui leur demande une très forte dépense énergétique, sans compter le déplacement qui s’ensuit.

Quelques règles simples peuvent être adoptées.

Respectez les zones de tranquillité de la faune (cartes disponibles à cette adresse). Dans notre région le flanc nord de Chasseral et la Combe Grède sont concernées : il est interdit d’y pratiquer des sports d'hiver en dehors de pistes et itinéraires balisés.

En forêt et dans les pâturages boisés, la première règle est de suivre les chemins balisés. En effet, la faune présente vers les itinéraires fréquentés finit par s’adapter au passage des promeneurs ou skieurs.

Enfin, il y a d’autres précautions importantes et faciles à appliquer partout :

-          Tenir son chien en laisse
-          Eviter de longer les lisières et les zones buissonnantes qui abritent souvent des cachettes d’animaux (lièvre par exemple)
-          Eviter de s’approcher des groupes d’animaux observés (chamois, chevreuils) en déviant son itinéraire ou en leur laissant le temps de se déplacer sans devoir courir

Dans la balance de nos propres décisions, sans doute convient-il de peser le pour et le contre entre balades grisantes en dehors des sentiers tracés et conséquences que cela peut porter à l’ensemble de la faune sauvage. A notre conscience de décider !

Site internet de référence: www.respecter-cest-proteger.ch/

Retour à l’aperçu
%general.share%

Partenaires

by moxi