Vergers au naturel

Le pressoir de Courtelary a recueilli quelque 3600 kilos de pommes de vergers de la région en 2016 et plus de 6000 en 2015 (un bien meilleur millésime pour les fruits des vergers).
1

Ces pommes, ramassées entre autres par des jeunes gens engagés dans des chantiers nature mis en place par le Parc Chasseral, viennent pour la plupart d'arbres qui ne sont pas traités, alors que les pommes que l’on trouve dans le grand commerce sont traitées une vingtaine de fois par année afin d’éviter maladies et animaux indésirables.

Parmi ceux-ci, certaines espèces de papillons nocturnes comme le carpocapse des pommes et des poires (Cydia pomonella) sont particulièrement redoutés. Ce lépidoptère au si joli nom cause de gros dégâts, notamment lors d’étés chauds et humides. Le carpocapse pond ses œufs sur les fruits, puis les larves se développent à l’intérieur. Malgré les dégâts (traces et couloirs brunâtres), la pomme reste consommable.

La présence de prédateurs naturels permet d'éviter que ces petits papillons soient trop nombreux, et donc les traitements chimiques. Les mésanges bleues et charbonnières, par exemple, sont de grands prédateurs de chenilles, à l’instar des chauves-souris. A tel point que certains agriculteurs installent volontiers des nichoirs à oreillards roux, une chauve-souris présente dans notre région.

C'est le principe de la lutte biologique : plus la nature à proximité du verger est riche (haies, murs en pierres sèches) moins il est nécessaire de traiter les arbres : les prédateurs naturels régulent les populations d’insectes dits nuisibles.

Les vergers sans traitements chimiques offrent en retour des produits sains, embellissent le paysage et accueillent de nombreuses espèces d'animaux. Les vergers haute-tige sont l’une des composantes importantes de l'infrastructure écologique dans les centres urbains, dans les villages et autour des fermes. Celle-ci y est nettement renforcée du moment qu'on y laisse une nature avec le moins d’intervention possible (tas de branches, vieux arbres, tas de ronces, etc.).

Avec leurs partenaires, les parcs régionaux s'engagent activement pour mettre en valeur des produits du terroir de qualité dans la région. Le jus de pommes  de la Société d'arboriculture de Courtelary-Cormoret et environs, labélisé « Produit des parcs suisses » et fabriqué avec des fruits de la région, en est un excellent exemple.

Liens utiles

Société d'arboriculture de Courtelary-Cormoret et environs
Retour à l’aperçu
%general.share%

Partenaires

by moxi