Pas bredouilles, les chasseurs de sources !

Quarante-cinq volontaires formés, bientôt 400 sources répertoriées et décrites, 30% du territoire total couvert par les chasseurs. Tel est le bilan, à l’automne 2017, d’un an de chasse aux sources menée dans les Parcs Doubs et Chasseral.

Quarante-cinq volontaires formés, bientôt 400 sources répertoriées et décrites, 30% du territoire total couvert par les chasseurs. Tel est le bilan, à l’automne 2017, d’un an de chasse aux sources menée dans les Parcs Doubs et Chasseral. Un engagement gigantesque à mettre au crédit de tous ces passionnés qui se sont investis sans compter que ce soit pour former et accompagner les bénévoles ou pour arpenter, parfois sur des terrains difficiles, les carrés de territoire impartis.

Trois journées de formation, sur six mois, ont été mises sur pied avec le soutien du spécialiste de renommée internationale Pascal Stucki. L’objectif était de mettre sur pied une armée de bénévoles prête à sillonner le territoire des deux parcs de manière à établir une cartographie la plus complète possible de ces milieux de vie à la riche biodiversité. L’environnement des sources, les sources elles-mêmes et les marais suintants ayant très vite été identifiés comme nécessitant des mesures de protection urgentes dans le cadre du projet-pilote d’infrastructures écologiques.

Malgré les efforts de prospection fournis, une part assez importante du territoire (70%) n’a pas encore été inventoriée. Grâce à l’action menée par Pro Natura Berne et Jura bernois, la couverture du territoire sera encore complétée. La mise en commun de ces données offrira encore une meilleure vue d’ensemble.

L’action des parcs pour continuer cet inventaire devra donc se poursuivre l’année prochaine. Toutefois, grâce à l’inventaire réalisé, les acteurs concernés pourront disposer d’une estimation du débit des sources : celles avec un grand débit avec un grand potentiel pour la biodiversité ou celles avec un faible débit. Cet élément permettra de prioriser les actions à mener.

Afin de transformer des sources captées en biotopes importants, il est prévu qu’un programme de revitalisation soit mis en œuvre. Certaines ne sont plus utilisées mais toujours captées. Parfois, seules des petites améliorations suffisent pour permettra à la faune des sources de revivre. Les parcs vont s’engager dans la réalisation de ce programme en collaboration avec les offices cantonaux et les propriétaires concernés.

La revitalisation des sources est utile pour sauvegarder certaines espèces rares qui y vivent, mais permet aussi de renforcer la qualité des cours d’eau en général. C’est donc une mesure qui renforce d’autres actions entreprises par les cantons et les communes (revitalisations de cours d’eau, amélioration de la qualité écologique des rivières, etc.

Profitant de la dynamique actuelle dans le recensement des sources, le canton du Jura a lancé le recensement de ces milieux sur l’ensemble de son territoire et attend la synthèse des travaux de l’IE qui permettra de prioriser ses actions de protection ou de revitalisation des sources. Espérons que de nombreuses sources bénéficieront de cet élan positif.

Retour à l’aperçu
%general.share%

Partenaires

by moxi