Emblèmes à deux ailes

Les chauves-souris sont le symbole des actions que les Parcs entendent mener ces prochaines années dans le cadre de la biodiversité. Toutes les actions menées dans le cadre de l’infrastructure écologique profitent très directement à ces mammifères.
1

Les chauves-souris (photo Oreillard roux: @Yves Bilat) sont le symbole des actions que les Parcs entendent mener ces prochaines années dans le cadre de la biodiversité. Toutes les actions menées dans le cadre de l’infrastructure écologique profitent très directement à ces mammifères. Nos comportements les influencent, en mal comme en bien, car ils sont souvent très liés aux activités humaines.

Les Parcs et le Centre de Coordination Ouest pour l'étude et la protection des chauves-souris (CCO) entendent collaborer sur les actions de suivi et de communication concernant ces espèces, avec comme objectif principal une augmentation des effectifs. Un défi passionnant, et pour le moins diversifié : il faut (ré-)adapter les clochers d'églises, augmenter la part de bois mort dans les forêts, rationnaliser l'utilisation des vermifuges, sauver les gîtes existants et en créer de nouveaux, ou encore réduire la pollution lumineuse.

Autant d’actions pour lesquelles chacun, peu ou prou, peut participer. Par exemple en laissant davantage de nature dans son jardin, notamment en renonçant aux produits chimiques. Un choix qui favorisera la présence de nombreux insectes, proies favorites des chauves-souris.

L’un des objectifs des Parcs régionaux est de viser à rétablir un meilleur volume de biodiversité que celui que l’on connaît aujourd’hui. Si les populations de chauves-souris augmentent, on pourra alors conclure que les efforts portent leurs fruits, car il est alors probable que la masse totale d'êtres vivants aura alors globalement augmenté. En ce sens, les chauves-souris portent le dossard très explicite de bio-indicateurs.

Les populations de chauves-souris ont largement diminué dans toute l'Europe. Pour certaines espèces on estime qu'il ne reste que 1% de la population par rapport aux années 1930, soit il y a seulement  80 ans. C’est le cas, par exemple, du Petit rhinolophe, qui pourra on l’espère profiter de la coordination fraîchement mise en place entre Parcs Chasseral et du Doubs et les CCO, très actifs dans toute la Suisse romande pour la protection et la défense de ces fantastiques mammifères volants.

Retour à l’aperçu
%general.share%

Partenaires

by moxi